L'histoire de 39 communes du Pays Basque transformee en art : c'est ce que propose le projet Geuretik Sortuak

22/02/2022

Aujourd'hui ce sont réunis au centre Lapurdi d'Uztaritze un bon nombre d'artistes retenus pour le projet Geuretik Sortuak, des élus communaux et autres acteurs pour la présentation des fruits de ce projet. Ce sont en tout cinq pièces de théâtre, un recueil littéraire intitulé ‘Hamazazpigarrenean aidanez’ ainsi que le film 'Bost teilatu’ composé de cinq court-métrages qui ont été présentés. Une tournée nationale a été prévue pour la présentation de ces œuvres.

Card image cap

Ce 11 février, nous nous sommes réunis à une quarantaine au centre Lapurdi d'Uztaritze pour cette présentation ouverte à la presse. Il s'agissait de la troisième présentation (la première à Durango ; la seconde à Oiartzun) du projet Geuretik Sortuak sauf que celle-ci était le prélude d'une nouvelle ère : alors que l'année 2021 était dédiée à la création, il s'agit désormais, selon les représentants d'Udalbiltza, de présenter les résultats de l'initiative.

La présentation a débuté par une performance du poète Iban Garro et de la musicienne Olatz Rojo. Iban Garro est un écrivain de Lesaka retenu pour participer au projet qui a muri son œuvre à Urepel, et cette fois-ci il était accompagné en musique. Après des mots de bienvenue de l'adjoint à la culture d'Uztaritze Christian Ibarboure, le président d'Udalbiltza, Jabi Asurmendik a brièvement résumé le parcours du projet : “Nous avons, ensemble, réussi quelque chose de pas facile”. Il en a profité pour remercier les 39 communes basques qui ont participé au projet, mais aussi les différents acteurs qui ont soutenu le projet, notamment financièrement.

Ensuite, Lide Hernando technicienne culturelle d'Udalbiltza a retracé l'évolution du projet au cours de l'année 2021. “Nous avons d'abord publié un appel à projet pour les artistes. Nous avons reçu 73 candidatures et 26 ont été retenues : cinq cinéastes, cinq compagnies de théâtre et 16 écrivains. Ensuite, un jury a désigné un artiste par commune participante au projet. Tous ces artistes ont été en résidence dans ces communes entre mai et décembre 2021 : ils ont passé trois semaines sur place pour y apprendre l'histoire locale, discuter avec les habitants et parcourir tous les recoins”, a-t-elle expliqué.

L'heure de goûter les fruits

Après ce bref récapitulatif, Udalbiltza est entrée dans le vif du sujet présent : la présentation de fruits de la première édition de Geuretik Sortuak.

Les 16 auteurs qui ont écrit leur récit dans la commune qui les leur correspondait ont ensuite réuni leurs écrits en un recueil intitulé Hamazazpigarrenean aidanez, aidés pour cela par les éditeurs de Dijitalidadea. L'album, dont la couverture est de Garbiñe Ubeda, est en deux tomes. Selon les éditeurs, le choix du titre aurait été inspiré par l'œuvre d'Anjel Lertxundi “hamasei lanek hamazazpigarren bat osatzen dutelako”.

Hernando a précisé que “ les récits issus des plumes ou des claviers des auteurs sont aussi divers qu'eux, tant sur le fond que sur le format : récit, BD, conte illustré et poésie”. La tournée de présentation du livre a déjà débuté parmi les communes partie prenantes au projet, et l'album sera disponible dans les librairies.

On y trouve parmi les contributeurs, des noms connus mais aussi de nouveaux auteurs : Garazi Albizua, Edorta Jimenez, Maitane Perez, Maialen Akizu, Peru Calabaza, Bertol Arrieta, Danel Lauzirika, Fito Rodriguez, Iban Garro, Iñaki Martiarena “Mattin”, Itxaro Borda, Nahia Zubeldia, Nefer Olaizola, Sarai Robles, Ugaitz Agirre et Yolanda Arrieta.

Côté théâtre, Geuretik Sortuak a permis la création de cinq pièces. L'iruindar Oier Zuñiga a produit Eresia pendant sa résidence à Bergara, Elgeta et Antzuola, sur le thème du deuil lié à la perte de la mère; la compagnie navarraise "Lore More konpainia" en résidence à Oiartzun a créé la pièce Trapu Zikinak en hommage aux femmes qui lavaient le linge dans les lavoirs; la compagnie souletine "Bonbon Beltz konpainia" a travaillé sur les maux de villages et de pierres du Pays Basque dans une œuvre intitulée Harri Minak lors de son séjour à Oñati; "Metrokoadroka" avec sa pièce Bidaide nous propose une radiographie de la culture invisible élaborée à Atarrabia et Uharte; enfin, "Tanttaka Teatroa" présente l'ambition de venir à bout du double tabou autour du sexe et de l'incapacité avec l'œuvre Sexberdinak qui a vu le jour à Arrigorriaga.

Les personnes présentes ce jour ont pu avoir un aperçu de l'œuvre grâce aux acteurs Aitziber Garmendia et Telmo Irureta. La tournée des pièces de théâtre en route depuis janvier fera 27 représentations à travers le Pays Basque. Udalbiltza vient de créer sur son site web une page "agenda" qui sera mise à jour régulièrement.

Enfin, concernant le cinéma, les cinq directeurs ont achevé leurs œuvres en décembre ; actuellement c'est la maison de production Adabaki qui est en train d'en faire un film long sous le nom de Bost Teilatu. Le film sera disponible en salle à partir du 31 mars, mais aujourd'hui nous avons aussi pu avoir un avant-goût de leur travail. La musique qui a accompagné cette présentation en avant-première sera le générique du film créé par le groupe navarrais Ibil Bedi.

Les court-métrages qui composent le film ont également été tournés au Pays Basque : Erika Olaizola et Amancay Gaztañaga ont réalisé le tournage de Krak à Tafalla; Josu Martinez a filmé Hitzak à Baigorri; Eñaut Castagnet a été à Bera et Lesaka pour le tournage de Muga; Leire Egañak était à Galdakao pour Erlojupekoa; et Raul Barreras a créé Arnasa à Hernani.

Le film Bost Teilatu sera présent dans les communes qui ont participé au projet Geuretik Sortuak, tout au long de la tournée qui se déroulera d'avril à septembre.

Jabi Asurmendi a clôturé la présentation en ces termes : “Si nous avons été seuls dans ce projet, ce n'est pas parce que nous avons fermé la porte ; bien au contraire, nous avons maintes fois frappé aux portes du Gouvernement Basque, du Gouvernement de Navarre et de la Communauté d'Agglomération, pour leur proposer de participer avec nous à ce projet. Malheureusement, le Gouvernement Basque nous a claqué la porte au nez. Il nous faut toutefois reconnaitre qu'avec le Gouvernement de Navarre et la Communauté d'Agglomération nous avons eu des rapports plus étroits, ils nous avaient ouvert les portes, mais au dernier moment, pour des raisons que nous ignorons, ils ont décidé de refermer les portes qu'ils avaient précédemment ouvertes”.

Dans ce contexte, la contribution et le soutien des 39 communes qui ont participé au projet a été d'une très grande importance. Et dans le fond, c'est justement cela qu'Udalbiltza a souhaité offrir à ces communes : leurs histoires transformées en art.